(g)rêves de femmes

À propos

40 ans déjà ! Alors que certains souhaitent en finir avec l'héritage de 1968, d'autres s'apprêtent à cultiver leur nostalgie, en republiant pour la 40ème fois les mêmes photos de manifestations, de voitures retournés, de CRS chargeant sur les jeunes, de Sartre figé sur son tonneau. Nous souhaitons montrer une autre image de ce que pudiquement on appelle « les évènements de 68 », en effet, au-delà de l'imagerie d'Epinal et des réelles avancées sociales et économique, existe une autre conquête dont on parle trop peu : celle de la « dignité » conquise par les femmes. Par leurs Grèves elles ont rendu possible leurs Rêves. Lorsqu'elles manifestent dans les rues, occupent leurs usines et contestent le pouvoir en place, elles n'ont pas le droit à la contraception, l'avortement est interdit, elles ne peuvent pas ouvrir un compte bancaire sans l'accord de leur mari, qui a le statut de chef de famille et dispose, seul, de l'autorité parentale... En quelques années, à partir de 1968, année ou le mot « contraception » fait son entrée dans le dictionnaire de l'académie française, les femmes vont obtenir le droit à la contraception, puis à celui de l'avortement, le droit d'ouvrir un compte bancaire sans l'accord de leur mari..

Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Sociologie généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur la sociologie

  • EAN

    9782915640601

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    139 Pages

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    140 cm

empty