• Bartoli, Castelli, Caviglioli, Romanetti, Spada... sont des patronymes qui ont défrayé la chronique en Corse au début du XXe siècle. Ces Bandits de grand chemin qui passaient pour être « les rois du maquis » finirent par faire sortir de ses gonds le gouvernement français qui décida en 1931 d'organiser une véritable expédition militaire pour les arrêter, ou plutôt pour les « exterminer ».
    Jean-Baptiste Marcaggi revient sur la réalité de ses bandits dans un ouvrage édité pour la première fois en 1932, juste après « les événements » de 1931. Son travail, bien documenté, donne une version plus proche de la réalité que du héros romantique proposé par Mérimée.

  • Pierre-Jean Massoni, réputé pour sa force, son sang-froid et son caractère ombrageux, accepte d'aider la famille Grimaldi dans sa vendetta contre le meurtrier de l'un des siens. Pour mieux piéger le criminel et permettre son arrestation, Massoni gagne sa confiance, allant jusqu'à l'accompagner dans ses méfaits. C'est ainsi qu'il est lui-même arrêté. Persuadé que la famille Grimaldi témoignera en sa faveur, Massoni est serein. Mais voilà que les Grimaldi l'abandonnent et l'accablent devant le juge. Cinq ans plus tard, de retour en Corse après avoir purgé sa peine au bagne, il prend le maquis afin d'assouvir sa vengeance contre ceux qui l'ont trahi, et devient l'un des plus redoutables bandits d'honneur corses du milieu du XIXe siècle. Mais la vendetta appelle la vendetta. Fleuve de sang est la transposition en roman d'une histoire vraie.

  • Le chant traditionnel corse a eu la chance d'ê-tre recueilli et étudié dès les premières décen-nies du XIXE siècle. Essentiellement oral et conservé dans la mémoire populaire, ces chants auraient pu disparaître sans ce travail de pion-nier.
    En 1926, prenant la suite des Benson, Tomma-seo, Viale et autres Mérimée ou Fée, Jean-Baptiste Marcaggi offrait une recension choisie et une étude fouillée, permettant aux lecteurs de son temps de se familiariser avec une tradition qui peu à peu s'effaçait (les lamenti et les voceri notamment).
    L'ouvrage, devenu introuvable et qui ne bénéficia d'aucune réédition (contrairement à son remar-quable Bandits corses d'hier et d'aujourd'hui) est une référence en la matière. Il est en effet l'oeu-vre d'un subtil observateur de sa propre société, immergé dans sa culture comme aucun, depuis Salvatore Viale.
    Son recueil est de plus enrichi d'inédits, collectés par ses soins.
    Le lecteur appréciera l'attention apportée aux chants féminins (nanne), enfantins (filastrocche) et « événementiels » (chants électoraux), qui ne se trouvent que très rarement repris dans les an-thologies habituelles.
    Tous les chants sont en corse et traduits en fran-çais.

  • Bartoli, Castelli, Caviglioli, Romanetti, Spada... sont des patronymes qui ont défrayé la chronique en Corse au début du XXe siècle. Ces bandits de grand chemin qui passaient pour être « les rois du maquis » finirent par faire sortir de ses gonds le gouvernement français qui décida en 1931 d'organiser une véritable expédition militaire pour les arrêter, ou plutôt les « exterminer ». Jean-Baptiste Marcaggi revient sur la réalité de ses bandits dans un ouvrage édité pour la première fois en 1932, juste après « les événements » de 1931. Son travail, bien documenté, donne une version plus proche de la réalité que du héros romantique proposé par Mérimée.

  • Si Napoléon a bénéficié plus que tout autre d'une véritable débauche de représentations dans tous les domaines artistiques, la période de sa jeunesse est réduite à sa plus simple expression. À peine quelques planches, pas toujours exactes d'ailleurs, figurent-elles dans les merveilleux ouvrages de Job mais rien de vraiment convaincant n'existe concernant les vingt-quatre premières années de la vie de Napoléon.
    Pour la première fois ce sont des illustrations inédites, oeuvres de plusieurs dessinateurs, qui vont retracer cette période peu connue, en combinant la plus minutieuse démarche scientifique à un dessin digne de nos plus grands artistes néo-classiques. Pour ce faire, les recherches les plus poussées ont été réalisées tant sur les lieux mêmes que dans les archives et dans la mémoire corse.
    Il convient donc de saluer ce travail émérite sur la figure la plus célèbre de notre histoire nationale. Ce livre marquera une étape d'un genre tout à fait nouveau dans l'importante bibliographie napoléonienne.

empty