• Ce soir, la table est dressée et inutile de dire que le festin sera à la mesure de ce que le Moyen Age a transmis, châteaux et édifices religieux en tête ! Que sonnent chalémies, rebecs, vièles et tous instruments, le menu sera fastueux accompagnant moultes recettes de ce qu'il faut pour que fente soit réussie et s'ancre dans l'antre des souvenirs les plus merveilleux.
    Alors que se développent, partout en France. fêtes et reconstitutions médiévales, il convient que les repues ne soient pas en reste. Dans un livre partageant ambiances et recettes, à la recherche de denrées rares, Hervé Berteaux partage de nouveau ce Moyen Âge dont il est coutumier dans un livre gourmand où le lecteur n'échappera pas à la douceur des délices médiévales. À consommer et à lire sans modération.

  • Ce livre vous apporte du rêve et vous conduit en même temps à la connaissance du patrimoine dont nous avons hérité. Connaître ce patrimoine, apprendre à le respecter, à le conserver, voilà ce qui va permettre de l'aimer, de l'écouter, de le lire. Cet ouvrage, qui contient de nombreuses illustrations, emmène le lecteur à la découverte du patrimoine architectural de Bourgogne et lui fait comprendre l'importance de ne pas le modifier, de ne pas le transformer. Un livre pour tous les amoureux de notre patrimoine !

  • "Je me promène souvent dans les temps médiévaux, avec des mots, des musiques, ma harpe, mes flûtes ou d'autres instruments.
    L'entrée, le prétexte habituel s'appelle généralement manuscrit ou fait historique dont je tire un spectacle, un disque, un scénario. Concernant cet ouvrage au coeur du système templier c'est bien la première fois que la rencontre s'est effectuée à la faveur d'un chantier pour un tramway, celui de Montpellier qui, par les fouilles préventives qu'il implique, s'est ingénié à faire un lien inattendu, direct et immédiat entre futur et passé.
    Les Templiers, sans oublier leurs missions et les événements auxquels ils sont liés à Jérusalem ou tout au long des chemins qui en permettaient l'accès, j'ai tenté de les comprendre dans leur fonctionnement sur place, "chez nous", là où ils devaient gérer d'immenses possessions pour en tirer le profit nécessaire et financer les dépenses outre-mer. Fouillant archives et manuscrits, j'ai été étonné de la puissance qu'ils représentaient, puissance qui devait forcément générer plus tard les jalousies et ressentiments qui les ont fait disparaître.
    Bien que dissous en 1312, l'Ordre des Templiers a laissé dans nos paysages de nombreuses traces. Puisse cette balade que j'ai souhaité légère - bien que dense en informations - vous donner autant de plaisir que j'en ai eu à la concevoir. Mieux encore, qu'elle vous ouvre les voies d'une belle curiosité pour un patrimoine qui garde encore bien des secrets". Hervé Berteaux

  • Le printemps offre généreusement ses sourires, aux rafales hargneuses succèdent la brise légère. Alors s'offrent à vous, encore tapies sous un coussin de mousse douce, violettes, pâquerettes, pervenches, primevères... exhalant dans l'air leurs délicates senteurs. Les campagnes revivent, les terrasses des cafés aussi... Les portes s'ouvrent, les cours aussi... Les jupes raccourcissent, les genoux se dévoilent...
    Puis c'est l'azur ensoleillé de l'été quelquefois parsemé de nuages et de brumes. Il porte en lui les promesses d'une chaleur bénéfique, de farniente, de vacances, d'horizons nouveaux. Abordez des villages situés au bout, tout au bout des chemins ombragés de tilleuls, serpentant sur une colline ou longeant une petite rivière.
    Une journée d'automne, c'est la lumière si particulière qui joue avec les bruns, les jaunes des feuilles et des fougères et les mauves des bruyères. C'est cette odeur si particulière de bois mort humide et d'herbe mouillée. C'est aussi ce cri si prenant d'un cerf en rut... Vous entrerez dans ces magnifiques forêts ou dans un chemin de campagne pour faire une cueillette de fruits ou de baies sauvages, pour une recherche de cèpes tête noire, de girolles orangées, d'amanites des césars, de pieds de moutons, de trompettes de la mort... et de châtaignes.
    Souvenez-vous, la douceur persistante du temps avait provoqué des bouleversements dans l'éveil de la nature.
    C'est ainsi que nous avions cueilli des jonquilles épanouies, fin janvier ! Les pommiers du Japon avaient mêlé leurs fleurs rouges au jaune des forsythias. Les jardiniers s'étaient plaints du manque de gelées, très utiles pour tuer « la vermine «, jamais inquiétée par le froid.
    Au fil des quatre saisons parcourez l'almanach pour votre plaisir, On y parle de pluie, on y parle de beau temps. On y retrouve cette nostalgie positive qui se dégage des récits, des contes, des légendes, des histoires, des personnages, des recettes... L'âme du terroir en quelque sorte !
    Gérard Bardon

  • Rares sont les ouvrages qui vont chercher ce qui se cache derrière cette terre de cartes postales. Or notre vieux terroir possède bien des trésors, bien des légendes. Personne ne sait où habite « la Vieille », mais elle accepte de raconter à Hervé Berteaux les vieilles histoires transmises de génération en génération ; des histoires bien malicieuses que seule la Vieille pouvait nous restituer. Ces histoires vont vous faire sourire, vous faire peur, et vous faire rêver...
    C'est une émotion de la simple réalité qui vous est proposée, c'est l'homme d'hier et l'homme contemporain qui vous sont rapportés dans ces nouvelles de terroir.

  • Rares sont les ouvrages qui vont chercher ce qui se cache derrière cette terre de cartes postales. Or notre vieux terroir possède bien des trésors, bien des légendes. Personne ne sait où habite " la Vieille ", mais elle accepte de raconter à Hervé Berteaux les vieilles histoires transmises de génération en génération. Des histoires bien malicieuses que seule la Vieille pouvait nous restituer. Ces histoires vont vous faire sourire, vous faire peur, et vous faire rêver... C'est une émotion de la simple réalité qui vous est proposée : c'est l'homme d'hier et l'homme contemporain qui vous sont rapportés dans ces nouvelles de terroir.

  • Rares sont les ouvrages qui vont chercher ce qui se cache derrière cette terre qui rassemble la Creuse et l'Allier dans des patois si particuliers aux confins des langues d'Oc et d'Oïl. Cette terre possède bien des trésors, bien des légendes.
    L'Allier et la Creuse sont des terroirs intimement liés.
    Dans nos veillées autrefois, on racontait des histoires transmises de génération en génération. Ces histoires vont vous faire sourire, vous faire peur, et vous faire rêver... C'est une émotion de la simple réalité qui vous est proposée : c'est l'homme d'hier et l'homme contemporain qui vous sont rapportés dans ces nouvelles de notre terroir.

  • Le conte populaire est un conte oral traditionnel et communautaire. Il a longtemps régi la création et la circulation des histoires. C'est en fait la littérature de nos ancêtres, il a présidé les veillées de nos campagnes depuis la nuit des temps jusqu'aux années 1950. Il a aujourd'hui presque disparu. Fort heureusement, à la charnière des XIXe et XXe siècles, quelques érudits passionnés de notre folklore ont pris soin de transcrire ces contes à l'écrit, ce qui leur a permis de venir jusqu'à nous, malgré le profond bouleversement de nos sociétés rurales qui ont rompu la transmission séculaire de ces contes par le bouche-à-oreille. Quelques familles ont tout de même pu faire subsister cette tradition jusqu'à la fin du XXe siècle malgré la disparition des veillées. D'infatigables collecteurs ont poursuivi jusqu'à nos jours l'oeuvre de leurs prédécesseurs du XIXe siècle. Tout au long de ces pages, vous découvrirez ces récits authentiques qui faisaient le charme des veillées d'autrefois, et l'âme des campagnes : les contes animaliers, les récits sur le diable, tantôt dupé, tantôt triomphant et réellement terrifiant, ou encore les aventures merveilleuses et féeriques, de celles qu'on racontait volontiers aux enfants...

  • Forts de ces petites dégustations buissonnières, me restait à aborder un fruit essentiel dans mon pays d'Oc tant je voyais d'espaces cultivités qui lui étaient réservés : les olives.
    Olé ! Derrière un simple cri, un méli mélo de clichés, de luttes, de débats au nom d'une tradition ou plus exactement d'une grande incompréhension.

  • Le Moyen Âge est tellement riche de culture et de patrimoine que les érosions conjuguées des siècles et des hommes ne peuvent effacer sa trace. Grâce aux nombreuses sources qui subsistent, manuscrites ou orales, il est possible d'en apprécier la vivacité d'esprit, notamment dans le domaine des récits où l'imagination est foisonnante. Pour mieux en partager les richesses, Hervé Berteau a prêté vie et plume à Jehan dont les premières présentes aventures prennent place dans le beau pays de Gascogne. Jehan empruntera bientôt chemins et sentiers, à la rencontre de toutes contrées et surtout de femmes et d'hommes aux destins aussi improbables que le sien, au coeur d'un Moyen Âge où l'esprit n'est pas encore totalement inféodé à l'idée de sédentarisation. Artiste et poète dans l'âme, Jehan se nourrit essentiellement d'imaginaire ce qui lui vaut souvent de s'échapper de toute réalité historique dont il n'a absolument pas conscience.

  • Au XIXe siècle, le « cheval vapeur » est venu transformer le monde en général, la France en particulier.
    Le développement des premières lignes de chemin de fer va permettre d'atteindre 35 km/h, ce qui ouvre un grand marché agricole national aux régions de production enclavées. Le chemin de fer se met ensuite au service des industries pour en accompagner la révolution. Puis le train devient synonyme de voyages tant réels qu'imaginaires.
    Nostalgiques des coups de sifflet et des jets de piston... Venez lire la grande épopée du rail. Découvrez les actions des passionnés qui entretiennent la mémoire ferroviaire, découvrez des trains de légendes et des anecdotes de cheminots.

  • Depuis presque 25 ans, l'Almanach de CPE restitue la tradition des vieux almanachs de notre terroir que nos arrières grands-parents ont connu dans leur jeunesse. Cette publication annuelle, contient l'agenda de l'année, ce qui fait que de nombreux lecteurs le conservent à porté de la main « près du téléphone ». Mais l'Almanach, c'est aussi un livre qui offre une compilation d'informations en tout genre agrémentées d'illustrations, de dictons, de « trucs et astuces », de légendes locales, de recettes de cuisines puisées dans des carnets de recettes de ménagères qui vivaient dans notre région au début du XXe siècle, lors de l'avènement de notre gastronomie régionale. Comme il l'était pour nos arrières grands-parents, l'almanach c'est essentiellement le livre du peuple, celui qui est accessible à tous, utile à chacun et agréable pour tout le monde. Au rythme d'une page par jour, le lecteur parcoure l'Almanach tout au long de l'année pour y puiser des références au passé, sur la vie paysanne, sur l'histoire. Les lecteurs disent souvent « qu'ils ont l'impression de retrouver un bout de leur jeunesse en se plongeant dans cette lecture ». Ancré dans notre terroir, l'Almanach nous rappelle d'où l'on vient pour se construire dans un contexte de mondialisation et de perte de repères.

  • Depuis presque 25 ans, l'Almanach de CPE restitue la tradition des vieux almanachs de notre terroir que nos arrières grands-parents ont connu dans leur jeunesse. Cette publication annuelle, contient l'agenda de l'année, ce qui fait que de nombreux lecteurs le conservent à porté de la main « près du téléphone ». Mais l'Almanach, c'est aussi un livre qui offre une compilation d'informations en tout genre agrémentées d'illustrations, de dictons, de « trucs et astuces », de légendes locales, de recettes de cuisines puisées dans des carnets de recettes de ménagères qui vivaient dans notre région au début du XXe siècle, lors de l'avènement de notre gastronomie régionale. Comme il l'était pour nos arrières grands-parents, l'almanach c'est essentiellement le livre du peuple, celui qui est accessible à tous, utile à chacun et agréable pour tout le monde. Au rythme d'une page par jour, le lecteur parcoure l'Almanach tout au long de l'année pour y puiser des références au passé, sur la vie paysanne, sur l'histoire. Les lecteurs disent souvent « qu'ils ont l'impression de retrouver un bout de leur jeunesse en se plongeant dans cette lecture ». Ancré dans notre terroir, l'Almanach nous rappelle d'où l'on vient pour se construire dans un contexte de mondialisation et de perte de repères.

  • Le printemps offre généreusement ses sourires, aux rafales hargneuses succèdent la brise légère. Alors s'offrent à vous, encore tapies sous un coussin de mousse douce, violettes, pâquerettes, pervenches, primevères... exhalant dans l'air leurs délicates senteurs. Les campagnes revivent, les terrasses des cafés aussi... Les portes s'ouvrent, les cours aussi... Les jupes raccourcissent, les genoux se dévoilent...
    Puis c'est l'azur ensoleillé de l'été quelquefois parsemé de nuages et de brumes. Il porte en lui les promesses d'une chaleur bénéfique, de farniente, de vacances, d'horizons nouveaux. Abordez des villages situés au bout, tout au bout des chemins ombragés de tilleuls, serpentant sur une colline ou longeant une petite rivière.
    Une journée d'automne, c'est la lumière si particulière qui joue avec les bruns, les jaunes des feuilles et des fougères et les mauves des bruyères. C'est cette odeur si particulière de bois mort humide et d'herbe mouillée. C'est aussi ce cri si prenant d'un cerf en rut... Vous entrerez dans ces magnifiques forêts ou dans un chemin de campagne pour faire une cueillette de fruits ou de baies sauvages, pour une recherche de cèpes tête noire, de girolles orangées, d'amanites des césars, de pieds de moutons, de trompettes de la mort... et de châtaignes.
    Souvenez-vous, la douceur persistante du temps avait provoqué des bouleversements dans l'éveil de la nature.
    C'est ainsi que nous avions cueilli des jonquilles épanouies, fin janvier ! Les pommiers du Japon avaient mêlé leurs fleurs rouges au jaune des forsythias. Les jardiniers s'étaient plaints du manque de gelées, très utiles pour tuer « la vermine «, jamais inquiétée par le froid.
    Au fil des quatre saisons parcourez l'almanach pour votre plaisir, On y parle de pluie, on y parle de beau temps. On y retrouve cette nostalgie positive qui se dégage des récits, des contes, des légendes, des histoires, des personnages, des recettes... L'âme du terroir en quelque sorte !
    Gérard Bardon

  • Le printemps offre généreusement ses sourires, aux rafales hargneuses succèdent la brise légère. Alors s'offrent à vous, encore tapies sous un coussin de mousse douce, violettes, pâquerettes, pervenches, primevères... exhalant dans l'air leurs délicates senteurs. Les campagnes revivent, les terrasses des cafés aussi... Les portes s'ouvrent, les cours aussi... Les jupes raccourcissent, les genoux se dévoilent...
    Puis c'est l'azur ensoleillé de l'été quelquefois parsemé de nuages et de brumes. Il porte en lui les promesses d'une chaleur bénéfique, de farniente, de vacances, d'horizons nouveaux. Abordez des villages situés au bout, tout au bout des chemins ombragés de tilleuls, serpentant sur une colline ou longeant une petite rivière.
    Une journée d'automne, c'est la lumière si particulière qui joue avec les bruns, les jaunes des feuilles et des fougères et les mauves des bruyères. C'est cette odeur si particulière de bois mort humide et d'herbe mouillée. C'est aussi ce cri si prenant d'un cerf en rut... Vous entrerez dans ces magnifiques forêts ou dans un chemin de campagne pour faire une cueillette de fruits ou de baies sauvages, pour une recherche de cèpes tête noire, de girolles orangées, d'amanites des césars, de pieds de moutons, de trompettes de la mort... et de châtaignes.
    Souvenez-vous, la douceur persistante du temps avait provoqué des bouleversements dans l'éveil de la nature.
    C'est ainsi que nous avions cueilli des jonquilles épanouies, fin janvier ! Les pommiers du Japon avaient mêlé leurs fleurs rouges au jaune des forsythias. Les jardiniers s'étaient plaints du manque de gelées, très utiles pour tuer « la vermine «, jamais inquiétée par le froid.
    Au fil des quatre saisons parcourez l'almanach pour votre plaisir, On y parle de pluie, on y parle de beau temps. On y retrouve cette nostalgie positive qui se dégage des récits, des contes, des légendes, des histoires, des personnages, des recettes... L'âme du terroir en quelque sorte !
    Gérard Bardon

  • Le conte populaire est un conte oral traditionnel et communautaire. Il a longtemps régi la création et la circulation des histoires. C'est en fait la littérature de nos ancêtres, il a présidé les veillées de nos campagnes depuis la nuit des temps jusqu'aux années 1950. Il a aujourd'hui presque disparu. Fort heureusement, depuis le XIXe siècle, quelques érudits passionnés de notre folklore ont pris soin de transcrire ces contes, ce qui leur a permis de venir jusqu'à nous malgré le profond bouleversement de nos sociétés rurales, qui a rompu la transmission séculaire de ces contes par le bouche-à-oreille. Quelques familles ont su faire subsister cette tradition jusqu'à la fi n du XXe siècle malgré la disparition des veillées. D'infatigables collecteurs ont poursuivi jusqu'à nos jours l'oeuvre de leurs prédécesseurs du XIXe siècle. Tout au long de ces pages, vous découvrirez ces récits authentiques qui faisaient le charme des veillées d'autrefois, et l'âme des campagnes : les contes animaliers, les récits sur le diable, tantôt dupé, tantôt triomphant et réellement terrifiant, ou encore les aventures merveilleuses et féeriques, de celles qu'on racontait volontiers aux enfants...

  • Rares sont les ouvrages qui vont chercher ce qui se cache derrière cette terre de cartes postales. Or notre vieux terroir possède bien des trésors, bien des légendes. Personne ne sait où habite « la Vieille », mais elle accepte de raconter à Hervé Berteaux les vieilles histoires transmises de génération en génération ; des histoires bien malicieuses que seule la Vieille pouvait nous restituer. Ces histoires vont vous faire sourire, vous faire peur, et vous faire rêver...
    C'est une émotion de la simple réalité qui vous est proposée, c'est l'homme d'hier et l'homme contemporain qui vous sont rapportés dans ces nouvelles de terroir.

empty