• Depuis des siècles, partis de toute l'Europe, des croyants marchent dans la même direction, animés d'un espoir commun.
    Ils suivent une voie indiquée dans le ciel par un lumineux chemin d'étoiles, sûrs de trouver, au bout de leur quête, à Saint-Jacquesde- Compostelle, une nouvelle « Terre Promise » !
    Jadis, seuls ou en groupe, faisant fi des multiples dangers qui les guettaient , les « jacquets » cheminaient jour après jour et faisaient halte aux sanctuaires qui, tels les grains d'un immense chapelet, jalonnaient le périple des ces « marcheurs de Dieu ». C'était un chemin de souffrance que suivait ce cortège de pèlerins plein d'espérance.
    Aujourd'hui, ces routes suscitent un engouement toujours plus vif pour les marcheurs du xxie siècle et comblent leurs quêtes personnelles, aussi différentes soient-elles. Tours, le Puy-en-Velay, Vézelay, Toulouse et le chemin français en Espagne, ces grands itinéraires, jalonnés d'autres parcours moins fréquentés, sont les témoins de ce qui représente l'une des plus grandes aventures de tous les temps.

  • L'album de 1914-1918

    Bernard Briais

    • De boree
    • 19 Septembre 2014

    La Première Guerre mondiale toucha toutes les familles françaises, dans leur chair, dans leur âme. Les monuments aux morts qui se dressent dans chaque commune sont là pour nous rappeler le sacrifice de tous ceux, pères, fils, frères, qui furent fauchés à la fleur de l'âge, créant un déficit d'hommes sans précédent dans le pays. Cet album de la Grande Guerre constitue donc, en quelque sorte, pour chacun d'entre nous, un album de famille... Appuyé sur un texte clair et une illustration abondante, touchante, cet ouvrage permet de suivre, jour après jour, mois après mois, cette foule immense des « poilus » anonymes.
    Au fil des pages, c'est une plongée dans leur « enfer », que ce soit dans la boue de Verdun, les neiges des Vosges ou la fournaise des Dardanelles.
    Héros malgré eux, ils écrivaient en lettres de sang l'histoire d'une guerre « hors-normes » qui allait bouleverser le monde et qui continue, presque un siècle après l'armistice de 1918, à interroger les consciences !

  • De mémoire collective en souvenirs intimes, ces pages nous invitent à reprendre le chemin de l'école, à nous asseoir sur les bancs de bois lustrés par des générations d'élèves, à tremper notre plume Sergent-major dans l'encre violette. Revivons les étapes marquantes de l'année scolaire, de la rentrée aux grandes vacances, avec en point d'orgue de toute la scolarité ce fameux " certi?cat d'études ".

  • Depuis des siècles, partis de toute l'Europe, des croyants marchent dans la même direction, animés d'un espoir commun. Ils suivent une voie indiquée dans le ciel par un lumineux chemin d'étoiles, sûrs de trouver, au bout de leur quête, à Saint-Jacques-de-Compostelle, une nouvelle « Terre Promise » !

    Jadis, seuls ou en groupe, faisant fi des multiples dangers qui les guettaient, les « jacquets » cheminaient jour après jour et faisaient halte aux sanctuaires qui, tels les grains d'un immense chapelet, jalonnaient le périple des ces « marcheurs de Dieu ».

    C'était un chemin de souffrance que suivait ce cortège de pèlerins plein d'espérance.

    Ces routes suscitent un engouement toujours plus vif pour les marcheurs du XXIe siècle et comblent leurs quêtes personnelles, aussi différentes soient-elles.

    Tours, le Puy-en-Velay, Vézelay, Toulouse et le chemin français en Espagne, ces grands itinéraires, jalonnés d'autres parcours moins fréquentés, sont les témoins de ce qui représente l'une des plus grandes aventures de tous les temps.

    Bernard Briais est professeur certifié d'Histoire et de Géographie. Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur la Touraine, de livres d'Histoire générale, sur le patrimoine et les coutumes rurales, ainsi que de livres pour la jeunesse. Aux éditions De Borée, il a publié Aux beaux jours de la communale, Objets de nos Campagnes, Les Grands Moments de la vie paysanne (2008).

  • Au fil de leurs existences laborieuses, hommes et femmes des campagnes trouvaient le temps de « faire » la fête... Et même plus souvent qu on pourrait le supposer ! Outre les réjouissances familiales comme les mariages, les paysans d autrefois pouvaient se distraire lors de certaines fêtes typiquement rurales : fête des laboureurs ici, fête des vignerons là-bas, fête de la transhumance dans les régions de montagne... Chaque été, dans les chefs-lieux de canton, les comices agricoles rassemblaient propriétaires et métayers, charretiers et bricolins, sans oublier les artisans ruraux comme le bourrelier ou le forgeron, tous se retrouvaient pour célébrer les activités liées à la terre. La plupart des ruraux ne boudaient pas non plus les cérémonies patriotiques la fête du 14- Juillet, son traditionnel feu d artifice suivi de son bal des lampions. Chaque village organisait aussi son « assemblée » annuelle, occasion pour les jeunes gens de se rencontrer et de se « fréquenter », prélude obligatoire au mariage. Autant de repères dans le temps, de pauses le long d une vie de labeur monotone ; des jours pour sortir l habit du dimanche ou bien sa plus belle coiffe, la vielle et l accordéon !

  • La Touraine de A à Z vous présente, en vingt-six étapes, un itinéraire alphabétique original, un voyage riche en découvertes à travers la province chère à Rabelais et à Balzac. Sans oublier l'essentiel, ce sont autant de coups de coeur qui vous entraînent hors des sentiers battus, à l'écart des grandes routes touristiques, pour vous plonger dans l'intimité de la région et vous révéler des aspects méconnus de votre histoire et de votre patrimoine ! De A, pour Artistes, évoquant les peintres ou les écrivains qui ont largement contribué au renom de la province, à Z, pour Zinc, traitant des bistrots de la Touraine (hauts lieux de convivialité et derniers refuges de l'esprit tourangeau), le ton est donné. Pour aiguiser un peu plus votre curiosité, Bernard Briais vous accompagne également sur les sentiers de la Rabelaisie, du Tuffeau ou à la découverte des Jardins qui font toujours la renommée de la Touraine.

  • Les templiers

    Bernard Briais

    Au Moyen Age, pendant près de deux siècles, les Templiers ont parcouru les pistes poussiéreuses de Palestine, les épaules recouvertes du blanc manteau marqué d'une croix rouge. Leur mission : défendre le tombeau du Christ à Jérusalem et protéger les pèlerins qui se rendaient en terre sainte. Croisés permanents, à la fois moines et soldats, ils mettaient toute leur énergie et toutes leurs ressources au service de la Chrétienté, dans un certain renoncement au monde En souvenir des chevaliers au blanc manteau, les lieux-dits comme " Le Temple ", " La Commanderie " ou la " La Cavalerie " sont très nombreux dans toutes les provinces de France ! Arville, Laon, Domme, les grottes de Jonas, Chinon, Gisors... Autant de noms évocateurs qui, fréquemment, sont associés à des légendes, à des récits mystérieux, à des énigmes ou à des rumeurs tenaces de fabuleux trésors ! La perte de la Terre Sainte entraîna celle de l'Ordre auquel ils appartenaient. Formés pour le combat contre les Musulmans, ils ne résistèrent pas aux luttes politiques, aux enjeux de pouvoir et à l'acharnement du roi de France Philippe le Bel. La fin tragique du Temple en 1307, la mort de son dernier grand maître sur le bûcher suite à un procès injuste puis les nombreuses légendes, plus ou moins fantaisistes, qui sont nées sur ces cendres ne doivent cependant pas éclipser la longue et glorieuse épopée de ces hommes dont beaucoup périrent courageusement, au service de leur foi.

  • C'est en Touraine que commence la glorieuse épopée de Jeanne d'Arc. C'est là, au jardin de la France, qu'elle arrache au roi Charles VII, contre l'avis de ses conseillers, les deux décisions qui vont bouleverser le cours de la Guerre de Cent Ans et celui de l'histoire de France et d'Angleterre :

    À Chinon, la simple bergère venue de Lorraine rencontre Charles VII et sait le convaincre de sa divine mission. C'est là qu'il lui confie son armée et que la reconquête de la France est enfin décidée.

    À Sainte-Catherine-de-Fierbois, Jeanne d'Arc trouve sa fameuse épée frappée de cinq croix.

    À Tours, elle reçoit son armure et sa bannière.

    À Loches, après sa victoire d'Orléans sur les Anglais, elle réussit à décider Charles, son « gentil dauphin », d'aller se faire sacrer à Reims et d'être enfin, pour ses sujets comme pour ses ennemis, le légitime souverain de France.

    S'appuyant uniquement sur les témoignages et les documents de l'époque, l'auteur invite le lecteur à suivre Jeanne d'Arc au jour le jour dans son itinéraire tourangeau, l'occasion de mieux connaître cette figure ô combien emblématique de notre Histoire !

    De très nombreuses illustrations, souvent ¬inédites, et des photos des lieux fréquentés par Jeanne complètent et enrichissent cet ouvrage.

  • Dans les champs, au temps de la fenaison, le bruit du glissement de la faux sur l'herbe était interrompu par celui de la pierre passant sur le fil de la lame. En plein été, la fin de la moisson était saluée par une fête populaire. A l'automne, venait le temps des vendanges, l'occasion de s'entraider et de trinquer en goûtant le vin nouveau... Puis la terre s'endormait dans ses labours
    où se préparaient les récoltes futures. Les objets ici présentés sont le reflet d'une vie. Lorsqu'ils changent et se modernisent, la vie aussi en est modifiée. Lorsqu'ils disparaissent pour rejoindre un musée, vient le temps de la nostalgie...

  • The Touraine region is where Joan of Arc's glorious epic journey started. There, in the "Garden of France", she convinced King Charles VII to go against his advisers and make the two decisions that were to change the course of the Hundred Years War, and of the French and English history...

    In Chinon, the plain shepherdess coming from Lorraine met Charles VII and persuaded him of her divine mission. There, he entrusted her with his army; there, the reconquest of France was initiated.

    In Sainte-Catherine-de-Fierbois, Joan of Arc found her famous sword with its five crosses.

    In Tours, she received her piece of armour and her banner.

    In Loches, after her victory over the English at Orléans, she managed to convince her "gentle dauphin" Charles to go to Reims and be crowned there, so that he would be at last, for his subjects as well as for his enemies, the legitimate monarch of France.

    Using testimonies and documents from Joan of Arc's time only, the author invites his readers to follow the Maid day after day on her journey throughout Touraine. This is the occasion to finally get better acquainted with this icon of the French history.

    This book is completed and enriched by many illustrations ­ often hitherto unpublished ­ and pictures of the places that Joan visited.

  • Plus de cent cinquante jolies femmes, taille de guêpe, jupes bruissantes et chignons haut perchés, défilent en froufroutant dans ces évocations pleines de saveur, jalonnées d'anecdotes piquantes. On y fait plus ample connaissance avec les grandes courtisanes, les femmes de planches - danseuses, diseuses, théâtreuses, cantatrices célèbres et ballerines classiques - les femmes de salon - égéries et femmes de lettres. Contrairement à leurs soeurs féministes, ces belles n'aspiraient pas à devenir l'égale de l'homme, elles voulaient seulement le séduire. Elles ne rêvaient pas de voter, mais de récolter les suffrages masculins autour de leur beauté (qui représentait souvent tout leur capital) et aussi de leurs talents, car elles en eurent de multiples, et de réels. C'était l'époque, si proche et pourtant si lointaine, de Messieurs Loubet et Fallière ; l'époque où les ministres portaient la barbe, où les notaires plaçaient des emprunts russes et où les hommes d'affaires usaient leur foie chez Maxim's et leur coeur aux Folies Bergères. Pêle-mêle, elles semblent se donner la main dans une ronde endiablée et gracieuse : Liane de Pougy, Meg Steinheil, Yvette Guilbert, Casque d'Or, Élisabeth Greffulhl, la Goulue, Anna de Noailles, les mondaines et les demi-mondaines, toutes assoiffées de luxe, emportées dans un tourbillon de plaisirs et dans une course à l'amour, comme si elles devinaient que leurs beaux jours sont comptés et que le monde va bientôt basculer dans le cataclysme de la Grande Guerre. L'art de l'auteur, tout au long de ces récits captivants, est de faire complètement oublier sa documentation, pourtant solide. On est sous le charme de ce livre ensorceleur, véritable hymne à la Femme-femme.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Si l'histoire de la Touraine est bien connue, il n'y subsiste pas moins des énigmes. Ce sont quelques-unes de celles-ci qui sont évoquées ici. Il s'agit de quelques affaires célèbres, comme l'enlèvement de Clément de Ris ou l'assassinat de Paul-Louis Courier, mais aussi d'histoires troubles du temps jadis, comme celle des brigands fantômes ou d'un étrange maquis. L'auteur évoque aussi quelques irruptions du surnaturel dans l'histoire, de l'épée miraculeuse de Jeanne d'Arc au sybillin message de l'Île-Bouchard ou au secret d'un presbytère hanté. Enfin, il s'efforce de dégager l'histoire de la légende, qu'il s'agisse de l'invasion arabe qu'arrêta Charles Martel ou de la fameuse cage du cardinal au château de Loches. Dans toutes ces évocations, l'auteur sait à la fois demeurer historien et se faire, avec aisance, bon guide à travers les allées du mystère. Un tel livre ne pourra que passionner ceux qui sont curieux du passé tourangeau.

empty