• Haute vallée de l'Aude, une femme retrouvée morte, poignet arraché. En ce mois de décembre 2012, autour d'illuminés qui font tout pour que la lumière ne soit pas faite, il n'y a pas que le monde qui s'apprête à disparaître. De Bugarach à Rennes-le-Château, de cette terre mystique aux confins de la région toulousaine, l'enquête diablement complexe à laquelle vont se heurter le commandant carcassonnais Escaude et sa jeune collègue du SRPJ de Montpellier va vite les amener à se faire du mauvais sang. On savait le Languedoc attiré par le rouge. Ce livre le confirme.

  • Sarcophages

    Richard Gougis

    À la suite d'un véritable déluge sur le Languedoc, les rivières en crue charrient des sarcophages flottants remplis de corps momifiés selon les rites de l'Égypte antique. Pourquoi ces victimes, que le commandant Célestini n'avait jamais retrouvées, réapparaissent-elles maintenant ? Au même instant, en Lozère, le lieutenant Malouni se lance sur la piste d'enfants disparus. Il ne sait pas que Wolgang Zimmer, le tortionnaire nazi, rôde de nouveau dans les parages.
    Épaulés par Stéphane Fournier, les deux enquêteurs vont devoir descendre très profondément dans l'histoire carcérale de la région et dans leurs peurs les plus intimes.

  • Au bord d'une paisible bourgade languedocienne, Marcel Montségur, un paysan veuf replié sur son glorieux passé de vigneron rebelle, vit dans sa campagne en compagnie de six poules rousses et de Troumpéto, un coq ponctuel et consciencieux.
    Cette existence sereine et sans surprise va être brutalement troublée par la construction d'un lotissement privé, Le Soleil d'Occitanie.
    Deux mondes, celui des indigènes et celui des nouveaux venus, vont alors se côtoyer sans se rencontrer, avant de s'affronter au sujet de Troumpéto dont les cocoricos autant retentissants que matinaux exaspèrent les propriétaires des pavillons voisins.

    À travers ce fait divers malheureusement emprunté à la réalité, Jean-Pierre Grotti décrit avec un peu de nostalgie et beaucoup de sensibilité la perte de l'identité et du savoir-vivre de tous les villages de France, de Navarre et d'Occitanie submergés par le déferlement inexorable des vagues de citadins.

  • Le mas de Leirou

    Alain Avesque

    Les secrets d'une famille languedocienne au XIXème siècle



    Cette fresque haute en couleur met en scène trois générations issues du monde rural qui, dans cette France du XIXème siècle, vont connaître péripéties familiales et soubresauts politiques inattendus. Pour s'élever socialement, ils vont avoir recours à des procédés plus ou moins avouables...
    En effet, au lendemain de la Révolution, le maire d'un village languedocien, fraîchement élu, fait main basse sur la propriété agricole d'un aristocrate en fuite. Son fils y fera édifier le mas de Leïrou.
    Au fil des ans, une femme, insérée dans la famille grâce à ses charmes, va se révéler, développer l'économie du lieu. Maîtresse-femme autant que femme-maîtresse, elle rayonnera sur les trois couleurs de la viticulture.
    Quant à leur fils, il se confrontera à cet épiphénomène que Michel Foucault abordera plus tard : « la folie à l'âge classique »...

  • L´hérésie albigeoise qui se développa dans le midi de la France aux XIIe et XIIIe siècles est une manifestation locale d´un mouvement hétérodoxe beaucoup plus important et ancien, le catharisme. Religion à part entière, il fut pourtant considéré comme hérétique par l´Église catholique et éradiqué au prix de 45 années de guerre au terme desquelles le royaume de France s´agrandit considérablement et l´Église renforça sa puissance.
    Cet ouvrage décrit l´originalité de la religion cathare, ses fondements ainsi que les spécificités albigeoises. Il relate la répression sanglante qui a été menée contre leurs adeptes par le pouvoir central et l´Église.

  • Un corps sans vie est découvert dans le quartier Antigone de Montpellier, au pied de la statue de Jacques Coeur. Kevin Normand, capitaine de police à la PJ, diacre et membre des Pénitents blancs, est dépêché sur place pour résoudre cette nouvelle affaire criminelle. À sa grande stupeur, et après de nombreuses pistes explorées, il réalise que le meurtre serait lié à la vie rocambolesque de l'ancien argentier de Charles VII, personnage emblématique de la capitale des états du Languedoc. Kevin et son amie Charlotte, journaliste, auront fort à faire pour identifier et mettre hors d'état de nuire l'assassin qui, tout en s'inspirant de faits historiques, ne recule devant aucun forfait pour atteindre son but. Cette nouvelle enquête de Kevin Normand, associant époque contemporaine et Moyen-Âge, nous permet de revisiter un pan oublié de notre histoire. Yves Desmazes, ancien officier de police, diplômé en droit, est actuellement formateur. Les Lettres de Sang, son neuvième roman, est le deuxième publié aux éditions TDO.

  • Le conte populaire est un conte oral traditionnel et communautaire. Il a longtemps régi la création et la circulation des histoires. C'est en fait la littérature de nos ancêtres, il a présidé les veillées de nos campagnes depuis la nuit des temps jusqu'aux années 1950. Il a aujourd'hui presque disparu. Fort heureusement, depuis le XIXe siècle, quelques érudits passionnés de notre folklore ont pris soin de transcrire ces contes, ce qui leur a permis de venir jusqu'à nous malgré le profond bouleversement de nos sociétés rurales, qui a rompu la transmission séculaire de ces contes par le bouche-à-oreille. Quelques familles ont su faire subsister cette tradition jusqu'à la fin du XXe siècle malgré la disparition des veillées. D'infatigables collecteurs ont poursuivi jusqu'à nos jours l'oeuvre de leurs prédécesseurs du XIXe siècle. Tout au long de ces pages, vous découvrirez ces récits authentiques qui faisaient le charme des veillées d'autrefois, et l'âme des campagnes : les contes animaliers, les récits sur le diable, tantôt dupé, tantôt triomphant et réellement terrifiant, ou encore les aventures merveilleuses et féeriques, de celles qu'on racontait volontiers aux enfants...

  • Un florilège de récits enracinés dans l'univers mythique du Languedoc et du Roussillon, puisés au tréfonds de l'imaginaire populaire légendaire et des souvenirs personnels de l'auteur.
    Le lecteur est amené à emprunter un itinéraire initiatique au sein d'une nature tantôt hospitalière, tantôt hostile. Il traverse des paysages paisibles, collines plantées de vignobles riants, criques inondées de soleil ou des pourpris dantesques, truffés de grottes mystérieuses, taillés par des gorges vertigineuses ou coiffés de ruines inquiétantes.
    Des chemins périlleux parce que semés de moult embûches, peuplés de meutes de bêtes sauvages et de monstres hideux, hantés par des personnages pittoresques, aux pouvoirs fabuleux, parfois séduisants, mais souvent effrayants et résolument maléfiques...
    Ainsi est-il convié à éprouver mille frissons, passions et émotions au fil de ces histoires merveilleuses lovées au plus profond de l'âme humaine!

  • Créée de toutes pièces à l´époque révolutionnaire, l´Ariège du XIXe siècle est diverse et pleine de contrastes : pays de plaine et de montagne, d´agriculture de survie et d´industries, de vallées enclavées et d´un grand axe transpyrénéen.
    La vie quotidienne des Ariégeois est donc autant celle du paysan de la montagne « remontant » sans cesse la terre de ses terrasses et transportant fumier ou moisson à dos d´homme, du berger transhumant passant l´été dans les orrys d´altitude, que du métayer de la plaine ouvert aux progrès techniques, celle du mineur et du forgeur des hautes vallées comme celle de l´ouvrier des usines de Pamiers ou des tisserands du pays d´Olmes, celle du marchand urbain autant que celle du colporteur et du montreur d´ours...
    C´est aussi la vie d´un peuple de la frontière, familier du passage d´outre monts et de la rencontre de ceux qui viennent d´ailleurs, du bandit redouté comme du réfugié accueilli.

  • Les canaux du sud de la France permettent le passage du nord de l'Europe à la Méditerranée mais constituent aussi une destination en elle-même et leur réseau est un vrai bassin de croisière. Pour les bateaux qui ne sont pas limités par le tirant d'air ou d'eau, c'est un dépaysement assuré par rapport à la croisière par la mer. Il est extrêmement agréable de glisser sur l'eau au milieu de paysages bucoliques, de passer dans les villages et les villes. C'est une relation intime avec l'intérieur du pays qu'une croisière côtière habituelle ne peut apporter. Certains choisissent également d'hiverner sur les canaux, parfaitement abrités des tempêtes d'hiver. Cela coûte beaucoup moins cher qu'une marina sur la côte, et l'on peut être amarré au centre d'une ville ou d'un village, ce qui change de la vie en mer.

  • Cette longue côte basse sablonneuse borde le Golfe du Lion. Seule une petite partie de côte au niveau de la frontière espagnole - la Côte Vermeille - est rocheuse, là où les Pyrénées arrivent jusqu'à la mer. Il y a encore quelques décennies, il n'y avait pas grand-chose sur cette côte à part les vieilles villes portuaires de Port-Vendres, Port-La- Nouvelle, Agde et Sète. Tout cela a changé avec la construction de stations balnéaires et d'immenses marinas constituant une chaîne allant des Pyrénées jusqu'au delta du Rhône. Pour les plaisanciers, il y a maintenant de bons abris séparés de courtes distances sur cette côte autrefois désolée et dangereuse.

  • La Provence, c'est la Camargue, le calcaire blanc des Calanques, le ciel bleu cobalt qui accompagne le mistral, le vert mat des oliviers, la truculence et le franc-parler des gens, que l'on ne retrouve pas forcément plus à l'est. Une halte en Provence vous fera apprécier le charme des terrasses de café à l'ombre des platanes. Avec ses joueurs de pétanque, la Provence c'est finalement tout un art de vivre.

  • Stéphane Liégard, obscur poète du XIXe siècle, est bien oublié aujourd'hui mais le nom qu'il donna à une partie du littoral méditerranéen pour les besoins d'un guide touristique, « la Côte d'Azur », nous est resté. L'expression décrit bien ce jeu de lumière entre le ciel et la mer qui attire les peintres, les écrivains et plus généralement ceux qui sont lassés des ciels gris du Nord. St-Tropez, St-Raphaël, Cannes, Juan-les-Pins, Antibes sont universellement connus et familiers et sont autant de destinations que l'on appréciera, en particulier hors saison. Vous aimerez également les mouillages de la côte ou des îles, immanquablement désertés le soir et rendus à la paix et à la tranquillité de leur nature préservée.

  • Stéphane Liégard, obscur poète du XIXe siècle, est bien oublié aujourd'hui mais le nom qu'il donna à une partie du littoral méditerranéen pour les besoins d'un guide touristique, « la Côte d'Azur », nous est resté. L'expression décrit bien ce jeu de lumière entre le ciel et la mer qui attire les peintres, les écrivains et plus généralement ceux qui sont lassés des ciels gris du Nord. St-Tropez, St-Raphaël, Cannes, Juan-les-Pins, Antibes sont universellement connus et familiers et sont autant de destinations que l'on appréciera, en particulier hors saison. Vous aimerez également les mouillages de la côte ou des îles, immanquablement désertés le soir et rendus à la paix et à la tranquillité de leur nature préservée.

  • La Riviera française est la région des pré- Alpes comprise entre Nice et Menton. Elle se prolonge au-delà de la frontière italienne jusqu'à Gênes. Les géographes ont adopté ce terme pour désigner une région où de hautes montagnes protègent une côte des rigueurs de l'hiver, lui procurant un climat doux tout au long de l'année, sans chaleur ou froid extrême. Pour le plaisancier, c'est insensiblement que la Riviera française devient italienne et l'on aimera les balades dans le coeur de villes chargées d'histoire qui sont autant de bases pour découvrir l'arrière-pays.

  • À l'évocation du Midi de la France, de nombreuses images arrivent à l'esprit du plaisancier. La Mecque du yachting en Méditerranée, les marinas les plus sophistiquées du monde, des ports pittoresques dans des villes chics, des plages de sable peuplées de créatures de rêve, un ciel sans nuages et la mer bleue, bleue, bleue. Mais aussi un réseau de canaux desservant tout l'arrière-pays du Languedoc et le delta du Rhône, ou les fameuses calanques de Marseille. Pour profiter de cette côte, il faudra aimer autant ce qu'il y a à faire à terre qu'en mer. La plupart des villes et villages organisent d'innombrables expositions et des festivals d'été qui les animent jusqu'au coeur de la nuit, sans oublier la pétanque et le pastis à l'ombre des platanes, et les terrasses des petits restaurants dans la douceur des soirs d'été...

  • Rares sont les ouvrages qui vont chercher ce qui se cache derrière cette terre de cartes postales. Or notre vieux terroir possède bien des trésors, bien des légendes. Personne ne sait où habite "La Vieille", mais elle accepte de raconter à Hervé Berteaux les vieilles histoires transmises de génération en génération. Des histoires bien malicieuses que seule La vieille pouvait nous restituer. Ces histoires vont vous faire sourire, vous faire peur, et vous faire rêver... C´est une émotion de la simple réalité qui vous est proposée c´est l´homme d´hier et l´homme contemporain qui vous sont rapportés dans ces nouvelles de terroir.

empty