Economie de l'Afrique

  • Pour la deuxième année consécutive, l'AFD propose dans la collection « Repères » des analyses inédites sur les principaux enjeux économiques et sociaux qui touchent le continent africain en 2021.
    La pandémie de Covid-19 a bouleversé la planète : quels en sont les impacts en Afrique ? Les performances économiques restent à étudier au-delà du contexte immédiat : peut-on déjà parler d'une émergence du continent africain ? Pour développer le secteur privé, faut-il dépasser les seules réformes de l'environnement des affaires ? Quels sont les défis majeurs auxquels l'Afrique doit faire face pour répondre aux aspirations d'une population particulièrement jeune arrivant sur le marché du travail ? Alors qu'il est le premier pourvoyeur d'emplois dans la région, comment le secteur agricole en Afrique de l'Ouest doit-il se réinventer pour concilier deux objectifs fondamentaux : obtenir de meilleurs rendements et préserver la biodiversité et l'environnement ? À l'heure où l'ECO succède au franc CFA, se pose à nouveau la question du choix du régime de change, vers plus ou moins de flexibilité.

  • Au terme d'une enquête-choc de cinq années, qui l'a conduit à mener plus de quatre cents entretiens dans douze pays africains et à consulter des centaines de documents émis par l'entreprise elle-même, Olivier van Beemen met en évidence les pratiques de la multinationale Heineken dans une partie du monde où les États sont souvent défaillants : collaboration avec des dictateurs, voire des criminels de guerre, évasion fiscale, corruption des élites, etc.
    Il raconte avec précision comment la multinationale a réussi à imposer son propre récit, tout en profitant de l'absence de réglementation en matière de marketing ou de santé, sans jamais tenir compte des dommages causés par l'abus d'alcool aux économies et aux sociétés dans lesquelles elle opère.

  • "La TVA bénéficie d une réputation favorable alors que, dans le contexte des Etats de l OHADA, son application et sa gestion s avèrent difficiles. Devant la résistance ces Etats membres à céder une partie de leur compétence fiscale aux institutions communautaires, acteurs compétents en matière de TVA, cet instrument d intégration régionale au sein des Etats de l OHADA reste dans un état de stagnation problématique compromettant l avènement du processus d harmonisation."

  • "Cet ouvrage se veut un outil de travail pour les spécialistes et pour les étudiants qui suivent l enseignement du droit de la propriété industrielle. Il traite particulièrement de la procédure de dépôts de marques à l Organisation Africaine de Propriété Intellectuelle (OAPI) et en République Démocratique du Congo. À partir d une étude comparative, il démontre en quoi l accord de Bangui est plus moderne que la loi congolaise. Laquelle, non réformée depuis trois décennies, est devenue lacunaire au regard de récentes évolutions issues des aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce."

  • "Depuis 2009, la Banque des États de l Afrique Centrale (BEAC) traverse une période trouble de son histoire. Les mesures adoptées par les autorités décisionnaires n ont pas été à la hauteur du redressement attendu. L auteur poursuit sa réflexion sur le devenir de la banque centrale à travers cette ""lettre ouverte"". Il expose son analyse des moeurs au sein de cette institution qui tient un rôle de premier plan dans la Communauté Économique et Monétaire de l Afrique Centrale (CEMAC). - - - "

  • Cette synthèse toute en nuances sera utile à tous ceux qui pensent que l'Afrique n'a pas seulement besoin de compassion et qui souhaitent trouver des réponses aux nombreuses questions qu'ils se posent sur son développement économique.

  • La République du Congo comme certains pays côtiers africains s'est imposé sur l'échiquier international grâce au Bordereau Electronique de Suivi de la Cargaison (BESC). Ce dispositif qui s'inscrit dans la technologie de communication permettant la modernisation apparait comme un moyen de résistance à l'hégémonie des puissances maritimes européennes dont l'influence se voit réduite. Il permet au Congo et à l'Afrique de reprendre le contrôle sur leurs activités.

  • "Voici un cri d alarme contre l une des conséquences désastreuses de la mondialisation de l économie : l achat massif des terres dans les pays africains par des étrangers, phénomène semblable à une recolonisation. Dans les sociétés africaines traditionnelles, la terre a longtemps été un bien commun non marchand, disponible pour tous. Au fil du temps s est introduite la notion d appropriation privée des terres jusqu alors étrangères aux us et coutumes."

  • "L auteur tente d explorer les pistes d une modélisation du comportement d achat de l homme africain et plus spécifiquement ivoirien. En abordant ce sujet, il a voulu interpeler les spécialistes sur une exagération de la standardisation. En effet, le souci constant d édicter des règles universellement reconnues, qui garantiraient le caractère scientifique de nos théories a quelques fois cédé le pas à la négligence de la dimension culturelle."

  • "La vision africaine 2025 de l eau fait de cette ressource naturelle un outil contribuant à la réduction de la pauvreté, au développement socioéconomique, à la coopération régionale et à l environnement. La CEDEAO lui dédie une politique exclusive et lui accorde une place prépondérante dans sa politique agricole, lui consacre une plateforme de dialogue sur les grandes infrastructures hydrauliques. L UMOA en fait le cheval de bataille de sa politique agricole, une orientation stratégique pour la gestion des eaux partagées, la gestion de la transhumance transfrontalière et la gestion des ressources halieutiques. Voici une contribution à la connaissance des politiques internationales pour l eau."

  • "Avec une croissance annuelle de 5,9% sur la dernière décennie, l Afrique suscite plus que jamais l intérêt. Les chiffres ne doivent pas faire oublier la réalité du terrain, celle d un continent hétérogène, insuffisamment doté en infrastructures et en capacité de formation, où il est difficile de trouver des financements. Mais on juge l Afrique prête à entrer dans une croissance économique au service d un réel développement social. Qu en est-il réellement ? Le secteur bancaire et financier sur le continent est en pleine mutation et se transforme afin de tenter d apporter une réponse aux défis de ""l émergence"" économique - et sociale."

  • Continent marqué par les cicatrices de l'histoire, les représentations dominantes sur l'Afrique oscillent entre celles souvent négatives des médias (guerres, famines, coups d'état militaires, réfugiés...) et celles des financiers qui y voient une nouvelle frontière de l'économie mondiale.  Cet ouvrage fournit toutes les clés de compréhension de ces Afriques en pleine mutation. Il présente les opportunités, les risques et les défis auxquels sont confrontées les nouvelles générations.  Il intègre les derniers sujets d'actualité politique, les évolutions des économies, les questions liées au développement durable.  L'Afrique est un continent pluriel, doté de nombreuses ressources et dont le développement sera l'un des grands enjeux géopolitiques de demain.   

  • « N'engage pas le débat lors d'un diner car celui qui n'a pas faim aura le dernier mot. » Cette citation de Richard Whateley résume bien cet ouvrage d'Ousmane Sonko. Loin du tumulte soulevé par le débat sur la découverte, et surtout la gestion du pétrole et du gaz au Sénégal dont il a été un des acteurs, il a opté pour une démarche pragmatique, au moyen du support de l'écrit, pour édifier une opinion abusée et profane en cette matière complexe. - Il éclaire, argumente et documente, démêle et explique tous les enjeux liés aux affaires traitées : « Au-delà du pétrole et du gaz, l'affaire, révélée par le dossier PETRO-TIM, a des implications insoupçonnées aux plans démocratique, institutionnel, administratif, judiciaire, citoyen, national et international. C'est pourquoi nous avons senti l'impérieuse urgence de ce livre de clarification et de mémoire ». - Au fil des lignes, ce qui frappe le plus, c'est la trame et la précision argumentaire et documentaire ; la maîtrise d'un sujet qui, a priori, ne relève pas de la formation intrinsèque de l'auteur. L'ouvrage apparaît ainsi comme un bréviaire pour qui veut comprendre la problématique des ressources naturelles du Sénégal, singulièrement pétrolières et gazières. -

  • Depuis plusieurs décennies, les discours publics francophones utilisent un ensemble de lieux communs et de stéréotypes pour présenter l'Afrique comme un continent en crise. Les auteurs de ce livre s'interrogent sur les modalités historiques, anthropologiques, linguistiques et littéraires de ces discours afin de mieux comprendre pourquoi les idées reçues sur l'Afrique en crise s'inscrivent dans la longue durée. Comment les lieux communs parviennent-ils à établir des normes culturelles dans les sociétés francophones, et comment l'opinion est-elle marquée par les stéréotypes de la crise ?

  • "Au regard de l importante place qu elle occupe dans le vaste projet de développement, la jeunesse du Cameroun doit se conformer à un profil lui permettant de jouer efficacement son rôle. L élaboration de ce profil passe nécessairement par plusieurs interrogations. Qu est-ce que la jeunesse ? Qu entend-on par ""émergence"" ? Quel est le lien qui existe entre ces deux concepts ? Dans quel état se trouve la jeunesse du Cameroun ? Quelles sont les mesures prises par les pouvoirs publics pour répondre aux préoccupations des jeunes ?"

  • Comment l'économie de l'Afrique a-t-elle évolué depuis la colonisation et après les indépendances ? Pourquoi la productivité a-t-elle tendance à stagner et la compétitivité extérieure à reculer ? Les instruments de l'analyse économique sont-ils efficaces pour rendre compte de l'économie africaine ? Pourquoi les pays africains ont-ils eu des trajectoires économiques aussi diverses ? Quelle est la responsabilité des facteurs internes et internationaux dans les trajectoires des sociétés ? Quelles sont les perspectives de l'économie africaine ? Les Objectifs du Millénaire du développement seront-ils atteints ? L'Afrique refuse-t-elle le développement ? Quel est l'impact de la hausse des prix des matières premières et du désendettement de l'Afrique sur le développement ? En quoi une Afrique convoitée pour ses ressources naturelles bénéficie-t-elle des nouveaux partenariats avec les pays émergents et notamment la Chine et l'Inde ? Cette synthèse sera utile à tous ceux qui pensent que l'Afrique n'a pas seulement besoin de compassion et qui souhaitent trouver des réponses aux questions soulevées par l'étude de son évolution.

  • L'idée selon laquelle l'Afrique est en crise est communément partagée. Des données économiques, politiques et sociales illustrent cette pensée. Loin d'inciter à l'afropessimisme, un tel constat invite davantage à l'analyse et à la compréhension des structures et des mécanismes à l'origine de cette faillite. C'est à cette tâche que s'attache ce livre qui met en lumière les initiatives africaines porteuses d'un " autre avenir " pour le continent, telles la résurgence des mouvements sociaux, des suggestions nouvelles concernant l'économie politique africaine.

  • "Le mardi 11 janvier 1994, après des mois de rumeurs et de années de polémique, la dévaluation du franc CFA met fin à 46 ans de statu quo monétaire. Une page de l histoire franco-africaine est tournée, pour ne pas dire arrachée. L événement a remis sur le devant de la scène la singularité de la zone franc, aujourd hui le seul système au monde d intégration monétaire. Étayé par de nombreux tableaux, schémas et documents annexes, l'ouvrage de Rémi Godeau présente de façon claire et approfondie l'histoire et les mécanismes de la zone, les raisons de la dévaluation et le devenir du franc CFA..."

  • En quoi la philosophie peut-elle constituer un devoir au service du développement ? L'homme est un être pensant et il n'a aucune excuse de ne pas penser. La philosophie est le déploiement d'une pensée libre, personnelle et critique et peut donc s'orienter sur des questions de développement. La philosophie est nécessaire à toute société qui veut évoluer. Le philosophe met sa pensée au service de son temps et de son milieu, par son enracinement, ses lumières et ses rêves pour l'avenir.

  • Quels sont les usages d'une archive d'images présentant l'Afrique comme un continent en crise? Analysant des exemples concrets, anciens et actuels, comme la construction de l'image de l'ennemi public, celle de la foule populaire ou de la victime essentielle dans les médias ou sur les réseaux sociaux, ce livre montre pourquoi ces images puisent dans les idées reçues de la crise africaine et sous quelles conditions les représentations changent. L'ouvrage contribue à la critique des discours publics.

  • Le nouveau système de gestion suite aux directives de l'UEMOA introduit, à la place des contrôles classiques des finances publiques, des contrôles managériaux des politiques publiques : le contrôle interne et le contrôle de gestion. L'auteur définit ces notions et montre que la qualité d'un dispositif de contrôle est jugée au moyen de l'audit interne. Il juge nécessaire une réorganisation des contrôles dans le cadre de la nouvelle gestion publique et se prononce sur le rôle des certaines institutions supérieures de contrôle, telles la Cour des Comptes, l'Inspection générale des Finances, l'Inspection générale d'Etat.

  • A l'horizon 2050, l'Afrique subsaharienne comptera près de 2 milliards de personnes. Pour nourrir cette population en croissance continue et dépendante des denrées alimentaires importées, l'Afrique subsaharienne doit "secondariser" son agriculture, c'est-à-dire passer de l'agriculture traditionnelle à l'agriculture industrielle, à haute productivité. L'auteur considère cette industrialisation agricole raisonnée comme un outil de progrès, une condition nécessaire au développement économique et humain de l'Afrique tropicale.

  • "Consacrée au Cameroun, cette réflexion située au milieu du tableau de l Afrique émergente peut être transposée aux autres pays de la zone qui appliquent les recettes des mêmes experts du FMI et de la Banque mondiale. Elle part d un diagnostic du système d imposition et de la politique fiscale camerounais avant le début de la mise en oeuvre du document de stratégie pour la croissance et l emploi. Elle passe en revue les mesures fiscales prises depuis le 1er janvier 2010. Elle propose des chantiers fiscaux à engager afin que le Cameroun atteigne son objectif d émergence et consolidation de la démocratie en 2035."

empty