Lexisnexis

  • La fiscalité des entreprises, sous l'influence du droit interne et du droit européen, est en constante évolution. Ce Précis en tient compte et intègre les évolutions législatives et jurisprudentielles les plus récentes.
    Dans le même temps qu'elle se développe, la fiscalité des entreprises tend à se complexifier. Il ne suffit donc pas d'exposer chacune des solutions. Encore faut-il les expliquer, dégager des principes, éclairer les choix existants et montrer leurs articulations avec les autres disciplines (droit comptable, droit des sociétés, droit de la sécurité sociale, droit des procédures collectives, droit des obligations...).
    Une méthode originale est privilégiée, dont voici les points forts :
    - caractère concret ;
    - nombreuses illustrations chiffrées ;
    - style alerte et imagé ;
    - coins des amateurs, propices à d'enrichissants approfondissements.
    L'ambition des auteurs : faire comprendre et faire aimer la fiscalité des entreprises.

  • La fiscalité oblige à compter et à calculer après avoir assimilé les règles du "jeu fiscal". Là comme ailleurs, il faut s'entraîner, faire des exercices d'assouplissement et d'endurance. Il faut pratiquer la fiscalité comme d'autres pratiquent la gymnastique ou le piano, à force d'exercices ; c'est la clé de la réussite.

    Le Précis de fiscalité des entreprises comporte un certain nombre d'illustrations chiffrées mais celles-ci restent, par la force des choses, en nombre limité.

    Le recueil d'Exercices de fiscalité des entreprises vient en complément du Précis. Il propose un ensemble d'exercices progressifs qui permettent de faire le point sur chaque thème abordé. Les 90 exercices, tests et études de cas de ce recueil sont accompagnés systématiquement de corrigés explicatifs détaillés.

    Ce recueil comporte également quelques exercices de synthèse qui amalgament les différents aspects de la fiscalité et notamment des problèmes d'imposition des bénéfices et des problèmes de TVA.

  • Le droit pénal fiscal est la branche du droit criminel qui prévoit la répression des diverses formes de soustraction à l'impôt, en ses versants substantiel (incriminations, responsabilité pénale, sanctions) et procédural (phase administrative, enquête, poursuites, instruction, jugement). Le présent ouvrage examine en détail chacun de ces aspects, l'accent étant mis sur les deux infractions majeures que sont le délit général de fraude fiscale et le délit comptable. De longs développements sont également consacrés aux infractions voisines : escroquerie à la TVA, blanchiment et recel consécutifs à la fraude fiscale, etc.

    La matière, longtemps assoupie, connaît depuis le début des années 2010 de profondes mutations de la part du législateur et de la jurisprudence. Ces évolutions procèdent de deux objectifs éventuellement antagonistes : d'une part, améliorer et renforcer la répression pénale de la fraude fiscale, notamment par l'alourdissement des peines et l'allégement des formalités préalables aux poursuites ; d'autre part, subordonner cette répression aux décisions de l'Administration fiscale et du juge de l'impôt, le recouvrement de la créance fiscale étant en ligne de mire. L'articulation entre la procédure pénale et la procédure fiscale, l'autorité judiciaire et l'autorité administrative, le juge pénal et le juge administratif en est rendue plus complexe encore.

    Ce précis est à jour des nouveautés législatives et jurisprudentielles les plus récentes. Il s'adresse aux étudiants de master, aux universitaires ainsi qu'aux praticiens du droit (magistrats, avocats, notaires, etc.) et, plus largement, aux professionnels des secteurs financier, comptable et économique (banquiers, commissaires aux comptes, experts-comptables, chefs d'entreprise, etc.) intéressés par la matière fiscale.

  • Avec une préface de Jean Hauser.

    Toutes les familles, des plus modestes aux plus fortunées, sont concernées par des considérations d'ordre fiscal. C'est dire l'importance de ce précis extrêmement didactique, enrichi d'explications claires et agrémenté d'exemples chiffrés. Il s'agit du seul ouvrage spécifiquement consacré au droit fiscal de la famille. Sont traités :

    - l'imposition des revenus familiaux (impôt sur le revenu, contribution sociale généralisée, contribution au remboursement de la dette sociale, prélèvement social, contribution additionnelle à ce prélèvement, prélèvement de solidarité et contribution exceptionnelle sur les hauts revenus) ;
    - les aspects fiscaux de l'organisation du patrimoine familial (mariage, divorce, concubinage, PACS, usufruit, indivision, viager, sociétés civiles, trust et fiducie) ;
    - l'imposition du patrimoine familial (IFI, taxes foncières, taxe d'habitation et taxe sur les logements vacants) ;
    - les aspects fiscaux de la transmission à titre gratuit du patrimoine familial droits de succession, droits de donation et taxation des capitaux transmis en vertu de contrats d'assurance vie) ;
    Le contrôle fiscal, le contentieux fiscal et la gestion du risque fiscal.
    Les thèmes étudiés dans ce précis en font l'ouvrage de référence dans son domaine.

    Il permet de répondre pleinement aux questions des étudiants, des professionnels et de tous ceux qui sont curieux de développer leurs connaissances en matière de droit fiscal de la famille.

  • Cet ouvrage réunit tout un ensemble de cas, pour certains simples, pour d'autres plus complexes, couvrant l'essentiel de la fiscalité immobilière et de son actualité, en privilégiant l'analyse des techniques fiscales, l'optimisation des choix, la maîtrise des risques fiscaux.

    Les exercices proposés sont d'origine et de nature très différentes : certains apportent des solutions claires et incontestables, d'autres sont issus de jurisprudences plus ou moins bien établies, d'autres enfin sont extraits de l'expérience professionnelle des deux auteurs qui, dans ce cadre, vous livrent des réponses clairement motivées et explicitées, sollicitent votre réflexion juridique.

    Véritable complément du Précis de Fiscalité immobilière, rédigé par les mêmes auteurs, l'ouvrage intéressera toutes les personnes confrontées aux conséquences fiscales d'opérations immobilières : professionnels de l'immobilier, investisseurs, banquiers, assureurs, avocats, notaires, experts-omptables, conseillers en patrimoine, étudiants de master de fiscalité ou de l'ICH.

  • La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) est a priori un impôt simple puisqu'il consiste à appliquer un taux d'imposition au prix d'un bien ou d'un service. Telle est la compréhension de chaque consommateur. L'entrepreneur pourrait non seulement regarder la TVA comme un impôt simple mais, de plus, totalement neutre pour lui car, s'il est le redevable légal de la TVA collectée auprès de sa clientèle, il peut déduire la TVA qu'il a lui-même payée à ses fournisseurs avant de procéder à son reversement au Trésor Public.

    La TVA est affaire de soustraction : TVA exigible - TVA déductible = TVA due.

    Pour un même bien acquis et revendu plusieurs fois, chaque vendeur paie une TVA à son fournisseur mais la récupère par imputation sur la TVA facturée à son client avant de reverser la différence à l'État. Seul le dernier maillon de la même chaîne économique ne récupère pas la TVA, le consommateur final. Tel est l'impôt indirect, celui que subit définitivement un autre que le redevable légal.

    Ce mécanisme de paiement fractionné et de déduction en chaîne soulève immédiatement deux questions Comment déterminer la TVA exigible ?
    Comment déterminer la TVA déductible ?
    Avant de calculer une TVA exigible ou une TVA déductible, encore faut-il en connaître le champ d'application. Quelles sont les opérations imposables et quel est le pays créancier de la TVA lorsqu'une affaire est internationale ?

    Ces trois principaux thèmes sont illustrés par de nombreux cas pratiques et décisions de nos juridictions françaises et de la Cour de justice de l'Union européenne.

    Découvrir et approfondir la TVA c'est aussi réaliser combien cet impôt est affaire de logique juridique sinon de complexité. Progressivement, la Cour de Justice de l'Union européenne en est venue à décortiquer les directives TVA pour révéler des notions, catégories et nombres de subtilités auxquelles le législateur n'avait jamais songé. L'art de l'exégèse est pratiqué au plus haut point mais n'est pas Charles Demolombe qui veut.

  • Cette histoire débute avec la respublica (terme latin qui a ouvert la voie à la notion moderne d'État). Celui-ci préfigure l'idée contemporaine de la "majesté de l'État" (Machiavel).

    En effet, l'appareil étatique n'est pas une simple superstructure technique destinée à faire fonctionner la société : l'État transcende celle-ci.

    Et ceci explique que des hommes puissent vivre et mourir pour lui, ne quid detrimenti respublica capiat (afin que l'Etat n'éprouve aucun dommage).

    D'autant qu'avec la greffe chrétienne, l'État romain a élargi ses compétences ratio pastoralis : il a pris en charge le gouvernement pastoral des âmes.

    Puis, après l'effondrement de l'Empire de Rome, l'ouvrage s'attarde sur le passage progressif d'une royauté avec un prince défendant son état c'est-à-dire agissant pour préserver sa place, à un État avec un prince chargé de le défendre. Ensuite, le Roi n'a plus existé que par l'État et, avec les vicissitudes de l'histoire politique du XIXe siècle, il a pu se concevoir sans le Roi.

    À partir de là, les pays d'Europe ont suivi plusieurs voies, parmi lesquelles celle de la France ayant abouti à l'établissement d'un État, revêtant une forme républicaine démocratique et libérale, consacrée par la Constitution de la Ve République (1958).

  • Cette nouvelle édition du Précis de Fiscalité immobilière conserve l'esprit et développe ce qui a toujours fait son originalité et sa particularité, à savoir une étude systématique et comparative de l'ensemble de la fiscalité liée à la vie de l'immeuble, depuis sa construction ou son acquisition, jusqu'à sa mutation, en passant par sa détention, sa location, nue ou meublée, et son exploitation, en distinguant l'immeuble-pierre et l'immeuble-papier, l'immeuble du patrimoine privé, l'immeuble d'entreprise ou, encore, celui des professionnels de l'immobilier (promoteurs, marchands de biens, lotisseurs).

    Elle fournit, tout à la fois, une approche statique de l'ensemble des impôts qui frappent ces immeubles : TVA, impôts directs, impôts locaux, droits d'enregistrement, IFI, taxes d'urbanisme..., et une approche dynamique lorsqu'en raison de multiples circonstances, de droit ou de fait, ces immeubles vont, au cours de leur vie, passer d'un régime à un autre, et/ou changer de statut fiscal ou juridique...

    Un tel objectif imposait une ouverture substantielle sur la fiscalité immobilière financière (SIIC...) et sur la fiscalité immobilière internationale, tant des personnes physiques que des personnes morales ou assimilées (trust, fiducie, partnership...).

    L'ouvrage, à jour des dernières réformes législatives et des plus récentes jurisprudences et doctrines administratives, est illustré par de nombreux exemples et tableaux de synthèse qui permettent, grâce à un index raisonné très détaillé, de se retrouver parmi les différents impôts applicables et de connaître toute les conséquences fiscales des opérations et investissements immobiliers envisagés.

    Il s'adresse, tout aussi bien, au fiscaliste qui recherche une approche globale de la question fiscale qu'il a à traiter, qu'au juriste qui recherche les conséquences fiscales d'un montage ou d'une opération juridique, qu'à l'étudiant qui souhaite approfondir ses connaissances de fiscalité immobilière.

    En alternance, tous les deux ans, LexisNexis publie, du même auteur, les Exercices de fiscalité immobilière qui, en reprenant le même plan que cet ouvrage, proposent de très nombreux cas pratiques, avec corrigé, qui permettent de mettre en pratique les questions les plus intéressantes de la fiscalité immobilière.

  • Le but de l'ouvrage est d'approfondir les conséquences fiscales des principales opérations réalisées par les sociétés en multipliant les exemples chiffrés et les schémas.

    Plan :
    Le maniement des règles du droit fiscal (conventions fiscales, droit de l'UE, QPC, doctrine administrative,...) Les aspects internationaux de l'impôt sur les sociétés (établissements stables, prix de transfert,...) Les modalités d'imposition des sociétés (intégration fiscale ou droit commun) La détermination du résultat fiscal (déduction des frais financiers, acquisitions et cessions de titres, aides entre sociétés,...) Les restructurations (fusions, apports partiels d'actifs, réductions de capital,...) Les conséquences des restructurations dans l'intégration fiscale.
    "Les développements consacrés aux principes généraux régissant la fiscalité sont remarquables." Pierre-François Racine, Président de section (h) au Conseil d'État.

    "Cet ouvrage constitue une pleine réussite, sur le plan technique comme sur le plan pédagogique." Florence Deboissy, Professeur à l'université de Bordeaux.

  • La pratique du droit des affaires nécessite non seulement de bonnes connaissances juridiques mais aussi une bonne maîtrise des techniques comptables et financières. Cet ouvrage a pour ambition de faire comprendre et faire aimer la comptabilité des entreprises aux étudiants et aux professionnels du droit. Il s'adresse également aux lecteurs se formant à la gestion et à la finance, qui y trouveront le rappel systématique des règles fiscales, ainsi que de nombreuses ouvertures sur le droit des sociétés.

    L'ouvrage est organisé en 25 leçons autonomes. Les leçons 1 à 20 aident à maîtriser les techniques comptables. Les leçons 21 à 25 sont consacrées à La finance d'entreprise : l'évaluation financière et les fusions-acquisitions. Dans le détail :

    Les leçons 1 et 2 portent sur le droit comptable et le fonctionnement de la comptabilité ;
    Les leçons 3 à 19 abordent les règles de comptabilisation dans les comptes individuels ;
    La leçon 20 initie aux techniques de consolidation ;
    La leçon 21 initie à l'analyse stratégique, financière et extra-financière (RSE) ;
    La leçon 22 est consacrée à l'évaluation des entreprises et de leurs titres ;
    La leçon 23 est consacrée à l'évaluation des préjudices économiques ;
    La leçon 24 porte sur les techniques de rachat d'entreprises (prix et contrat d'acquisition, garantie d'actif et passif, LBO...) ;
    La leçon 25 porte sur les rapprochements et séparations d'entreprises : fusions, apports partiels d'actifs et scissions.
    Chaque leçon est illustrée par de nombreux exemples qui constituent autant d'exercices, avec leur corrigé.

    Le souhait des auteurs : grâce à un style imagé et teinté d'humour, donner du plaisir à la lecture d'un ouvrage sur la comptabilité des entreprises.

  • Économie collaborative, Financement participatif (crowdfunding, equity crowdfunding et initial coin offerings), Monnaies virtuelles, Spécificités fiscales des entreprises du numérique (start-up, entreprises innovantes, fonds de commerce électronique et localisation des entreprises du secteur du numérique), TVA (économie du numérique et marchandisation des données personnelles) L'ère du numérique et de l'internet est aussi celle d'une nouvelle fiscalité, la "Fiscalité 2.0". Cette branche du droit fiscal s'articule autour de quatre axes :

    La fiscalité de l'économie collaborative et du financement participatif (crowdfunding, equity crowdfunding et initial coin offerings) ;
    La fiscalité des monnaies virtuelles ;
    Les spécificités fiscales des entreprises du secteur du numérique : start-up, financement, fonds de commerce électronique, modalités d'imposition et localisation ;
    Et la TVA de l'économie du numérique et de la marchandisation des données personnelles.
    "Fiscalité 2.0" est le seul ouvrage consacré à ces problématiques et, pour cette raison, La référence dans le domaine de la fiscalité du numérique et de l'internet. Sa lecture permet aux professionnels du droit ou du chiffre, aux entrepreneurs, aux étudiants et, plus généralement, à tous les utilisateurs d'internet de prendre conscience que les nouvelles technologies sont indissociables de considérations d'ordre fiscal qu'ils doivent connaître et maîtriser.

  • Dix ans après l'introduction de la question prioritaire de constitutionnalité (QPC), la jurisprudence constitutionnelle s'est révélée particulièrement abondante en matière fiscale. Le cadre constitutionnel de la fiscalité est devenu un pan en soi de notre droit fiscal, qui concentre l'attention de nombreux praticiens et a apporté une dimension supplémentaire au contentieux fiscal.

    Dans ce contexte, l'ouvrage vise à présenter de manière cohérente un corps de règles et une jurisprudence qui n'ont pas jusqu'alors été systématisés dans leur ensemble. Afin de permettre aux praticiens (avocats fiscalistes, magistrats, administration fiscale, notaires), mais aussi aux étudiants en droit, d'appréhender avec précision cette matière, il retrace l'ensemble des précédents jurisprudentiels concernant, successivement :

    La détermination de la règle fiscale : compétence de principe du législateur ; place des actes réglementaires, des conventions et du droit de l'Union européenne ; détermination de l'application dans le temps de la règle fiscale nouvelle et son encadrement par les exigences résultant de la garantie des droits ;

    Les règles d'assiette et de taux des impositions : respect des principes d'égalité devant la loi et d'égalité devant les charges publiques, ainsi que de l'exigence de prise en compte des facultés contributives qui en découle ; prise en compte des droits et libertés (droit de propriété, liberté d'entreprendre, etc.) ;

    Les règles de procédure fiscale (recouvrement, contrôle, contentieux, sanctions, affectation) : conformité au droit au respect du domicile et de la vie privée, aux droits de la défense, au droit au recours,... ; encadrement constitutionnel des sanctions par les principes de légalité, de non-rétroactivité et de proportionnalité des peines ; conditions d'affectation de l'impôt à des personnes autres que l'État ;

    Les règles de procédure contentieuse constitutionnelle appliquées à la matière fiscale : exposé en particulier de la procédure de la QPC et de la portée des décisions du Conseil constitutionnel (autorité de chose jugée et application dans le temps).

  • Ce précis est l'un des très rares ouvrages qui envisage de façon systématique et didactique les règles comptables et fiscales qui gouvernent la détermination du résultat des entreprises.

    Il repose entièrement sur un principe fondateur de la fiscalité des entreprises : la connexion entre le résultat comptable et le résultat imposable. Ce principe a pour effet :
    - d'appliquer la règle comptable s'il n'est pas prévu de règle fiscale différente ;
    -de corriger le résultat comptable si la loi fiscale prévoit une règle différente.

    Lorsque l'une des deux matières impose sa norme à l'autre, cela conduit à l'unité du résultat comptable et fiscal (1re partie de l'ouvrage). Lorsque, en revanche, la norme fiscale ne s'applique pas dans les comptes de l'entreprise, il convient de retraiter extra-comptablement le résultat comptable ; le lecteur est alors instruit des mécanismes fiscaux dérogatoires et guidé sur le terrain des retraitements extra-comptables (2e partie de l'ouvrage).

    L'ouvrage séduira aussi bien les comptables que les juristes, praticiens ou étudiants :
    - il envisage à la fois les obligations comptables (bilan, compte de résultat, annexe) et les opérations comptables (opérations courantes et opérations exceptionnelles) ;
    - il met systématiquement en perspective les règles du droit comptable (PCG / Code de commerce) et les règles du droit fiscal (CCI / BOFIP-BOI / Jurisprudence) ;
    - il décrit les écritures comptables qui doivent être passées (conformément au plan des comptes) et les retraitements qui doivent être effectués (tableau fiscal n° 2058-A) ;
    - il est agrémenté de nombreux exemples chiffrés et de tableaux synthétiques ;
    - les imprimés fiscaux sont fournis en annexe (liasse fiscale, déclarations de résultats).

  • Le patrimoine s'est internationalisé en même temps que les personnes. Ce phénomène influe tant sur les flux de revenus que sur le capital. Il n'est pas toujours aisé pour le conseil patrimonialiste d'appréhender cette internationalisation à travers notre droit interne, le droit comparé et les règles de la fiscalité internationale.
    La construction d'une stratégie patrimoniale nécessite une parfaite maîtrise de leurs principes. A cet effet, l'auteur a rassemblé dans ce précis les principaux thèmes fiscaux concernant le patrimoine international.

    Il traite en particulier :
    - de la territorialité de l'impôt sur le revenu et de l'impôt sur les sociétés ;
    - du traitement des doubles impositions ;
    - de la fiscalité applicable aux revenus du patrimoine immobilier et mobilier ;
    - de l'impôt sur la fortune ;
    - de la planification successorale internationale ;
    - du contrat d'assurance-vie ;
    - du contrôle des opérations internationales.

    Ce précis est destiné aux différents conseillers intervenant dans le domaine de l'ingénierie patrimoniale internationale (banquiers, conseillers en gestion du patrimoine, avocats, notaires, experts-comptables, family-officer).

  • Le but de l'ouvrage Fiscalité des sociétés et des restructurations est d'approfondir les conséquences des principales opérations réalisées par les sociétés au regard de l'IS, de la TVA, de la taxe sur les salaires, et des droits d'enregistrement.
    Résolument pédagogique, l'ouvrage multiplie les exemples chiffrés et les schémas afin de bien appréhender les modalités de mise en oeuvre des textes.
    Plan :
    L'articulation des règles du droit fiscal (conventions fiscales, droit de l'UE, QPC, doctrine administrative, ...).
    Les aspects internationaux de l'impôt sur les sociétés (établissements stables, prix de transfert, ...).
    Les modalités d'imposition des sociétés (intégration fiscale ou droit commun).
    La détermination du résultat fiscal (frais financiers, cessions de titres, aides entre sociétés, ...).
    Les opérations de restructuration (fusions, apports partiels d'actifs, ...).
    "Les développements consacrés aux principes généraux régissant la fiscalité sont remarquables." Pierre-François Racine, Président de section (h) au Conseil d'État.

    "Cet ouvrage constitue une pleine réussite, sur le plan technique comme sur le plan pédagogique." Florence Deboissy, Professeur à l'université de Bordeaux.

  • La fiscalité des entreprises, sous l'influence du droit interne et du droit européen, est en constante évolution. Ce Précis en tient compte et intègre les évolutions législatives et jurisprudentielles les plus récentes.

    Dans le même temps qu'elle se développe, la fiscalité des entreprises tend à se complexifier. Il ne suffit donc pas d'exposer chacune des solutions. Encore faut-il les expliquer, dégager des principes, éclairer les choix existants et montrer leurs articulations avec les autres disciplines (droit comptable, droit des sociétés, droit de la sécurité sociale, droit des procédures collectives, droit des obligations...).

    Une méthode originale est privilégiée, dont voici les points forts :
    - caractère concret ;
    - nombreuses illustrations chiffrées ;
    - style alerte et imagé ;
    - coins des amateurs, propices à d'enrichissants approfondissements.
    L'ambition des auteurs : faire comprendre et faire aimer la fiscalité des entreprises.

  • La pratique du droit des affaires nécessite non seulement de bonnes connaissances juridiques mais aussi une bonne maîtrise des techniques comptables et financières.

    Cet ouvrage a pour ambition de faire comprendre et faire aimer la comptabilité des entreprises aux étudiants et aux professionnels du droit. Il s'adresse également aux lecteurs se formant à la gestion et à la finance, qui y trouveront le rappel systématique des règles fiscales, ainsi que de nombreuses ouvertures sur le droit des sociétés.

    L'ouvrage est organisé en 25 leçons autonomes. Les leçons 1 à 20 aident à maîtriser les techniques comptables. Les leçons 21 à 25 sont consacrées à la finance d'entreprise : l'évaluation financière et les fusions-acquisitions.

    Dans le détail :
    Les leçons 1 et 2 portent sur le droit comptable et le fonctionnement de la comptabilité ;
    Les leçons 3 à 19 abordent les règles de comptabilisation dans les comptes individuels ;
    La leçon 20 initie aux techniques de consolidation ;
    La leçon 21 initie à l'analyse stratégique et financière ;
    La leçon 22 est consacrée à l'évaluation des entreprises et de leurs titres ;
    La leçon 23 est consacrée à l'évaluation des préjudices économiques ;
    La leçon 24 porte sur les techniques de rachat d'entreprises ;
    La leçon 25 porte sur les rapprochements et séparations d'entreprises : fusions, apports partiels d'actifs et scissions.

    Chaque leçon est illustrée par de nombreux exemples qui constituent autant d'exercices, avec leur corrigé.

    Le souhait des auteurs : grâce à un style imagé et teinté d'humour, donner du plaisir à la lecture d'un ouvrage sur la comptabilité des entreprises.

  • Le but de l'ouvrage est d'approfondir une partie très importante du droit fiscal des affaires, celle relative aux sociétés.
    Résolument pédagogique, il examine les aspects fréquemment rencontrés en pratique. Comment guider le lecteur dans les méandres des textes ? En déterminant la règle applicable, ses modalités de mise en oeuvre et l'interprétation retenue par la doctrine administrative et le juge de l'impôt.
    L'étude porte essentiellement sur les règles applicables en matière d'impôt sur les sociétés, mais pas seulement, car il est impossible d'effectuer certaines opérations sans se soucier des conséquences sur d'autres impôts (TVA, droits d'enregistrement).
    Il s'adresse naturellement aux étudiants de Master 2 mais également aux praticiens de la fiscalité : avocats, experts-comptables, fiscalistes d'entreprise.

    "Philippe Oudenot parvient à ordonner et à analyser, de façon claire et pédagogique, des questions particulièrement complexes qui constituent autant de cauchemars pour les étudiants, voire pour les praticiens... Il multiplie, pour le plus grand plaisir du lecteur, les exemples chiffrés, les encadrés et les schémas... L'ouvrage constitue une pleine réussite, sur le plan technique comme sur le plan pédagogique".
    Florence Deboissy

empty