William Hope Hodgson

  • Si les neuf aventures de Carnacki du romancier anglais William Hope Dogson (1877-1918) ont déjà été publiées en France, elles ne sont plus disponibles depuis longtemps, et ce recueil, Carnacki, le chasseur de fantômes, est inédit par bien des aspects. Pour la première fois, les nouvelles sont présentées dans l'ordre chronologique de parution initiale, avec les annonces et illustrations originales réalisées en 1910 pour la revue londonienne The Idler.
    Une des aventures, "La porte du monstre", figure ici dans sa rarissime traduction française de 1924, plus conforme au ton de l'édition anglaise, ne serait-ce qu'en raison de sa proximité dans le temps.

  • William Hope Hodgson (1875- 1918) était le fils d'un pasteur du comté d'Essex. Très jeune, il quitte sa famille et navigue pendant huit années qui marquèrent profondément son imagination créatrice.
    Il est l'auteur de quatre célèbres romans, de trois recueils de nouvelles et de deux recueils de poèmes. Sans doute le premier inspirateur de Lovecraft et de Jean Ray, il est l'un des plus grands auteurs fantastiques de XXe siècle.

  • Des phénomènes inexpliqués de plus en plus graves se déroulent à bord du Mortzetsus qui rallie l'Europe depuis San Francisco. Des feux de navigation apparaissent et disparaissent sans explication dans la nuit. Des matelots chutent sans raison des mats ou s'évanouissent sans laisser de trace ! Et qui sont donc ces insaisissables créatures fantomatiques qui semblent venir des abysses et dont les apparitions nocturnes ne tardent pas à terroriser l'équipage ? Une terreur qui monte jusqu'au paroxysme d'un abordage infernal qui est un sommet du genre. William Hope Hodgson est un auteur anglais précurseur connu pour son oeuvre fantastique et d'épouvante qui influença H.P. Lovecraft. Il est imprégné des univers d'Edgar Poe, H.G.Wells, Jules Verne et des récits de marins qui ont accompagné ses longues traversées. Dans son oeuvre fantastique, la Mer est le lieu de toutes les peurs, la matrice des pires cauchemars et l'incarnation du Mal où le passé ressuscité apporte un futur effrayant. Il fut marin, photographe, sportif renommé adepte de musculation et soldat, il meurt en France en 1918 pendant la première guerre mondiale à l'âge de 40 ans.

  • A manuscript is found: filled with small, precise writing and smelling of pit-water, it tells the story of an old recluse and his strange home - and its even stranger, jade-green double, seen by the recluse on an otherworldly plain where gigantic gods and monsters roam.

  • William Hope Hodgson est né dans le Comté d'essex en 1877. Fils de pasteur, il quitte très jeune sa famille et naviguera pendant huit ans. Cette expérience très dure marquera sa vie personnelle mais également son travail d'écrivain. Lorsque éclate la Première Guerre mondiale, il s'engage dans l'armée et est tué au front. C'est en dix années d'écriture qu'il écrivit l'ensemble de ses ouvrages parmi lesquels on compte quelques-uns des textes les plus importants de la littérature fantastique : La Chose dans les algues, Les Canots du Glen Carrig, Le Pays de la Nuit, ou encore La Maison au bord du Monde.

    Voici un livre des plus étranges. Il est d'un auteur anglais, William Hope Hodgson, qui mourut trop jeune - tué sur le front en avril 1918 - pour avoir pu donner toute sa mesure. Mais si son oeuvre est courte, elle témoigne d'une rare originalité. Dès que l'on parle de littérature de la mer, les premiers noms qui viennent à l'esprit sont ceux de Joseph Conrad et d'Hermann Melville. Pour eux, la mer n'est pas le décor d'une aventure plus ou moins tumultueuse, mais celui d'une tragédie. La mer est un destin. Mais ce sont les hommes qui jouent les rôles principaux et sont vaincus par leur propre fatalité. Pour W. H. Hodgson, c'est la mer elle-même qui est fatale. Elle est une force monstrueuse qui s'empare des corps et des âmes et les métamorphose à son gré. Dans ces nouvelles règnent la terreur et le délire. C'est avec un art admirable des détails insignifiants, une manière imperceptible de graduer l'effroi, que W. H. Hodgson fait venir l'épouvante. On ne peut donc que souscrire à ce qu'écrivait de lui H.P. Lovecraft : "Peu d'auteurs savent comme lui esquisser l'approche des forces innommables et l'assaut des entités monstrueuses..."

empty