Juliette Duquesne

  • La planète étouffe sous l'effet des nuisances de l'humain.La biodiversité s'amenuise. Le dérèglement climatique s'accentue. La pollution des sols, de l'eau et de l'air s'aggrave...Et pourtant, nos leaders continuent de rechercher la croissance pendant que le consommateur n'est jamais rassasié.La croissance à marche forcée est-elle le seul moyen d'éradiquer le chômage et de résoudre les problèmes de la dette? Depuis plus d'un demi-siècle, Pierre Rabhi prône au contraire la «sobriété heureuse et la puissance de la modération». D'autres modes d'existence sont possibles, sans que nous soit pour autant imposée une dictature verte. À l'appui de ces convictions mises à l'épreuve des faits, Juliette Duquesne a enquêté et interrogé quelque soixante spécialistes et citoyens d'Europe, d'Afrique et d'Asie.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Que cache au juste l'intelligence artificielle ? Pierre Rabhi nous rappelle qu'elle est avant tout fille de l'aptitude humaine. Les ordinateurs, en effet, n'ont ni intelligence propre ni états d'âme : ils sont surtout d'incroyables machines à calculer, à « avaler » des données. Les entreprises rivalisent d'imagination pour les récolter afin de cibler leur publicité. Certains États les utilisent pour surveiller les citoyens. L'art de l'indiscrétion est ainsi généralisé.

    Présentée comme la solution idéale à de nombreux maux, l'intelligence artificielle a toutefois des limites, dont une essentielle : la pollution liée au numérique.

    Juliette Duquesne a interrogé plus de quatre-vingts spécialistes du monde entier. Son enquête montre que l'IA, mise en oeuvre dans de multiples secteurs de notre société, présente des risques insidieux que la plupart d'entre nous ignorent.

    Est-il possible de construire un monde numérique moins envahissant, plus sobre, libre et convivial ? Des solutions existent, déjà expérimentées par la société civile, que ce carnet propose de partager.

  • En un siècle, 75 % des variétés de semences ont disparu.
    Or, elles sont essentielles à notre survie.
    Détenir ce marché mondial représente des enjeux financiers colossaux et permet de contrôler la chaîne alimentaire. Une appropriation du bien commun à la réglementation complexe, méconnue du grand public, et mise en place il y a plus de cinquante ans. À cause du développement des semences industrielles et des OGM, des paysans du monde entier se sont vus privés du droit élémentaire de cultiver leurs propres graines.
    Pourquoi ce bien collectif si précieux a-t-il été privatisé et quelles en sont les conséquences ? Quels risques fait-on courir à la nature, dont l'être humain est lui-même une composante ? Telles sont les questions, vitales pour notre avenir, abordées dans ce livre.

  • Afin de justifier l'agriculture intensive, on nous explique que, depuis cinquante ans, la faim dans le monde diminue, et qu'il est impossible de nourrir sept milliards d'humains grâce aux techniques respectueuses de l'environnement.Comment expliquer, alors, que des gens meurent encore de faim aujourd'hui? Comment mettre un terme à ce délit collectif insoutenable? Entre surabondance et pénurie, le système alimentaire mondial actuel est en échec. Pour faire face à l'augmentation de la population et à la dégradation de l'environnement, des choix urgents s'imposent. Parmi eux, l'agroécologie, qui ne requiert aucun pesticide chimique, est tout indiquée pour éradiquer ce fléau du XXI? siècle.

  • La crise boursière de 2008, phénomène sans précédent, a bouleversé la vie des Français. Des termes opaques tels que « déficits », « subprimes », « fonds de pension » ont envahi notre quotidien et conquis la planète, non sans ravages. Les orientations économiques actuelles, faute d'être maîtrisables, n'épargnent ni les humains, ni les ressources utiles, ni la nature. Certaines réformes ont été mises en place, mais suffiront-elles à éviter une nouvelle catastrophe ?
    Une autre finance, plus solidaire et éthique, se développe pourtant quasi spontanément parmi les multiples innovations de la société civile. Une alternative visant à partager les richesses, en mesure de pallier les défaillances d'un système dont l'échec se confirme un peu plus chaque année...

  • Pour une finance plus éthique et solidaire.

    La crise boursière de 2008, phénomène sans précédent, a touché chacun d'entre nous. Il apparaît essentiel d'expliquer les mécanismes qui ont conduit à ce chaos et bouleversé la vie des Français.
    Les actuels choix et les orientations économiques sont une catastrophe pour une grande part de l'humanité et risquent, faute d'être maîtrisables, de n'épargner ni les humains, ni les ressources utiles, ni la nature.
    Certes, des réformes ont été mises en place. Mais sont-elles suffisantes pour éviter une nouvelle crise ?
    Or, des solutions existent. Une autre finance, plus solidaire et éthique, se développe quasi spontanément au sein de la société civile. Elle est une alternative en mesure de pallier les défaillances d'un système dont l'échec apparaît année après année.

  • Ce premier livret traite des semences. Il est important de savoir que 75 % de ce patrimoine, trésor irremplaçable de l'humanité, plus précieux que l'or ou le diamant, a déjà disparu.

  • Le secteur de la finance est particulièrement complexe et peu connu. Mais il a pris une telle importance qu'il faut prendre le temps d'expliquer et d'informer.

  • À travers ce livret, nous allons comparer l'efficacité de l'agriculture écologique par rapport à celle de l'agriculture conventionnelle, et essayer de savoir si l'agriculture biologique peut nourrir la planète.

empty